Contexte et objectifs

Enquête sur la culture de la donnée dans les villes et communes wallonnes : contexte et objectifs

 

En 2018, FuturoCité, avec le soutien de Digital Wallonia, a réalisé une enquête sur la culture de la donnée dans les villes et communes wallonnes, dans une vision Smart City. Cette enquête aborde les différentes thématiques de la gouvernance de la donnée : application du récent règlement RGPD, ouverture ou encore exploitation des données communales.

En 2020, une seconde édition de cette enquête a été réalisée afin de mesurer la progression des administrations communales.

Dans quel contexte cette enquête s’inscrit-elle ?

Depuis quelques années, le volume des données explose. Leur croissance exponentielle résulte du développement des technologies et outils numériques et de l’inflation de leurs usages. La donnée s’impose à toutes les organisations, qu’elles soient privées ou publiques, et en particulier aux collectivités locales.

La généralisation du numérique, la dématérialisation croissante des services publics et l’exigence par les citoyens de services en ligne toujours plus performants font désormais de la donnée un sujet incontournable pour les territoires. Sujet d’autant plus incontournable que la donnée se diffuse, se multiplie, se duplique, contribuant ainsi à une inflation de plus en plus difficilement traitable et exploitable.

Données géographiques et spatiales, données personnelles des citoyens, données d’urbanisme, statistiques économiques, données des réseaux d’eau, d’électricité, de télécommunication, …, les données touchent au territoire et sont le socle des services que les collectivités locales offrent aux citoyens et aux professionnels.

La construction d’un territoire Smart nécessite de se pencher sur ces données, aujourd’hui au cœur de la constitution d’un nouveau patrimoine, le patrimoine immatériel, véritable jumeau du patrimoine physique. Et les enjeux sont considérables pour les collectivités : conception de nouveaux services, propriété de la donnée, collaboration ou non avec les grands acteurs du numérique, souveraineté territoriale, … Loin d’être un domaine purement technique, la donnée publique impacte directement les politiques publiques et l’offre de services des territoires. Bien gérée, elle est même source de développement économique et sociétal local.

Combiner et analyser les données publiques offre à une ville ou une commune la possibilité de fournir de nouveaux services adaptés à ses citoyens.

Ces nouveaux services intelligents permettent de :

  • Maximiser le confort et le sentiment de sécurité du citoyen ;
  • Restaurer le lien de confiance entre les administrations et les administrés ;
  • Améliorer la gestion de la ville et contribuer à l’organiser de manière efficace ;
  • Décloisonner, faciliter la transversalité et la collaboration inter-services ;
  • Aider à la décision des élus.

Pour plus d’informations sur la donnée, retrouver notre atelier : Gouvernance de la donnée publique : Quels objectifs, quels enjeux, quels usages ?

 

Règlement Général sur la Protection des Données

Le 25 mai 2018, le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) est entré en vigueur. Cette nouvelle législation en matière de protection de la vie privée tend à instaurer un cadre légal applicable au traitement de données à caractère personnel. Les villes et communes sont bien entendu concernées par ce règlement puisqu’elles disposent d’un grand nombre de données à caractère personnel (Etat civil, Population, Ressources humaines, …).

L’entrée en vigueur du RGPD a été une opportunité pour les instances publiques de réfléchir à la manière dont elles conservent les données, dont elles les utilisent et à la protection de celles-ci.

Contexte Open Data

L’Open Data pour les communes est l’ouverture à tous, dans un format numérique, des données non personnelles des administrations publiques de manière à pouvoir les réutiliser facilement, que ce soit par les citoyens, les entreprises ou les administrations elles-mêmes.

L’objectif d’une politique de données ouvertes est bien entendu la réalisation d’économies mais l’Open Data permet surtout de :

  • Donner accès à une meilleure connaissance du territoire : Espaces publics et naturels, patrimoine, équipements, voirie, cartographie, information socio-démographique, etc.
  • Renforcer la transparence de l’action publique : Budgets, dépenses, élections, subventions, délibérations, coûts des prestations, sécurité publique, etc.
  • Développer les services, soutenir l’économie locale et favoriser l’innovation : Améliorer la qualité des services rendus aux publics, participer aux actions en faveur du développement durable, développer la dynamique d’innovation, renforcer l’attractivité du territoire.
  • Moderniser l’action publique – mutualiser et améliorer les échanges au sein de l’organisation et entre différents acteurs publics : Simplifier et fluidifier les échanges interservices à partir des données ouvertes, dans des formats normalisés.

Quel est le but d’une enquête sur la culture de la donnée dans les villes et communes wallonnes ?

Le but de cette enquête est de :

  • Réaliser un état des lieux (anonymisé) de la manière dont les communes wallonnes gèrent leurs données
  • Aider les communes à se situer par rapport aux autres communes wallonnes et à un idéal Smart
  • Identifier les besoins des communes en vue de les aider à progresser dans différentes thématiques
  • Pour l’enquête de 2018 : Effectuer une « photo » de l’état d’avancement des villes et communes dans leurs démarches de mise en conformité avec le RGPD quelques jours après le 25 mai 2018 (date d’entrée en vigueur du règlement)
  • Pour la seconde édition de 2020 : Mesurer la progression des administrations depuis le baromètre réalisé en 2018

Accéder aux résultats de l’édition 2018

Accéder aux résultats de l’édition 2020