Thématiques

Afin de donner plus d’impacts aux projets développés durant le programme Ouvrir ma ville et de fédérer différentes communes autour de projets communs, 5 thématiques sont proposées :

 

Thématique Ville résiliente

Nous traversons actuellement une grave crise sanitaire liée à l’épidémie COVID-19. Comment nos territoires sont-ils capables d’absorber les chocs liés à cette crise, d’en limiter les conséquences négatives, de s’adapter à un environnement changeant ? Comment rebondir une fois la crise passée ? Comment pourrions-nous même anticiper une éventuelle prochaine crise, liée à une pandémie ou à tout autre facteur externe ?

Bien sûr une ville intelligente se doit d’être durable, inclusive, reliante, c’est son essence même. Mais elle se doit également d’être résiliente.

Les villes résilientes sont conçues ou adaptées pour anticiper les conséquences négatives des crises sur l’ensemble du territoire. L’innovation dans la construction et la reconversion urbaine permettent de réduire l’impact économique, social et écologique des crises sur l’ensemble des territoires et notamment sur certains réseaux ou bâtiments (transports, hôpitaux, réseaux d’énergie, etc.). Aussi, la technologie numérique peut aider à maintenir du lien entre personnes vulnérables, à recenser les infrastructures critiques ou à maintenir à flot le commerce local.

La ville résiliente est une ville

  • à la fois souple et résistante;
  • ouverte au changement, aux influences positives;
  • diverse, complexe mais constitutive d’un écosystème commun intégré, interconnecté et redondant;
  • ouverte aux autres et sur l’extérieur, tout en étant solidement ancrée dans son territoire;
  • qui réduit son empreinte écologique par sa frugalité et en s’appuyant sur des ressources locales et renouvelables,
  • interdépendante, elle fait l’objet d’un cycle permanent, avec un métabolisme bénéficiant d’un approvisionnement alimentaire et énergétique local,
  • non productrice de déchets, considérés comme des ressources.

Pour illustrations, voici quelques exemples d’applis basées sur des données ouvertes :

  • Ca reste ouvert est l’outil indispensable pour éviter les déplacements infructueux autour de chez vous durant le confinement et limiter ainsi le risque de contagion.
  • Recensement de certains commerces proposant des produits de première nécessité à la population. Par exemple, durant la crise COVID-19, liste des commerces ou pharmacies proposant des masques ou du gel hydro-alcoolique, actualisée quotidiennement.
  • Evolution de la situation épidémiologique du Coronavirus dans une zone donnée.
  • Carte de la couverture du territoire par les services d’urgences dans un temps d’accès à 20 minutes par la route.
  • Applications recensant les producteurs locaux et l’accès à leurs biens en circuits courts.
  • Applications permettant de visualiser les équipements d’une ville.
  • Applications d’entraide entre citoyens.
  • Applications favorisant l’économie circulaire.
  • Applications permettant de planifier la gestion de la période post-pandémie dans différents domaines (santé des citoyens, cohésion sociale, économie, sécurité, continuité des services, ressources, logement, mobilité, commerce, etc.).

 

Thématique Mobilité

Thème majeur d’une société moderne, la mobilité intelligente passe notamment par l’amélioration des conditions de circulation et de stationnement, ainsi que des infrastructures de transport public.

Une mobilité efficace passera par la multi modalité des transports pour tous les usagers et sera gage d’une meilleure qualité de vie dans les villes et leurs environs.

Le covoiturage dynamique, forme de mobilité alternative, permettra, à plus grande échelle, de désengorger le trafic en diminuant le nombre de véhicules sur nos routes.

En parallèle, il convient également de s’interroger sur le concept de « démobilité », visant à décongestionner les réseaux et diminuer les émissions de gaz à effet de serre tout en gagnant en qualité de vie. Cette démobilité peut concerner tant les employés communaux (organisation de plus de télétravail) que les citoyens cherchant à obtenir des informations et documents administratifs sans devoir se rendre à la commune.

Les pistes d’amélioration induites par les technologies de l’information et des télécommunications sont très nombreuses dans ce secteur.

Pour illustrations, voici quelques exemples d’applis en lien avec la mobilité basées sur des données ouvertes :

  • HandiMap offre des infos géolocalisées (parkings, toilettes, lieux accessibles) et des itinéraires pour les PMR à Rennes, sur base des données des trottoirs surbaissés. L’application intègre des données remontées par les citoyens (crowdsourcing).
  • Transit.app aide les individus à faire de meilleurs choix de mobilité en leur fournissant au sein d’une seule application tout ce dont ils ont besoin pour se déplacer sans leur véhicule personnel (aide à la multimodalité).
  • Globalbiker permet aux internautes de choisir un trajet à vélo en fonction de leurs envies, de créer des parcours et de partager son voyage à vélo avec d’autres cyclistes.
  • Le Localisateur permet à des personnes en situation de handicap une aide au déplacement dans les réseaux de transport. La version mobile géolocalise l’utilisateur et fournit le temps de passage du transport le plus proche, temps réel pour les réseaux RATP, Tisséo et TAN,
    temps théorique pour les autres réseaux.
  • Applications donnant en temps réel la fréquentation des lieux publics (piscine, déchetterie, maison communale, …) afin d’éviter de s’y rendre s’il y a trop de monde.
  • Applications web cartographiques représentant l’indice de gravité cumulé des accidents de la route par communes ainsi que le détail des voies concernées.
  • Just’In Biker est un chatbot qui indique la disponibilité en temps réel des stations de vélo en libre-service, directement depuis Messenger, dans plus de 25 villes à travers le monde.

 

Thématique Environnement

Particules fines, bâtiments malsains, températures en hausse, ce ne sont pas les problèmes environnementaux qui manquent. Pourtant, vivre dans un environnement sain ne devrait plus être une éventualité aujourd’hui.

De l’information à la prise de décision automatisée, la technologie des capteurs permet d’utiliser de nombreux paramètres environnementaux en vue d’agir pour un environnement de meilleure qualité.

Aussi, les bâtiments et les transports constituent les postes de dépenses énergétiques les plus importants dans les villes.  Ceux-ci augmentent d’ailleurs constamment.  Mettre en place des solutions et des outils aptes à planifier, surveiller, anticiper, réguler, équilibrer et hiérarchiser les besoins et les coûts apparaît comme une nécessité.

Tout en progressant vers la sobriété, l’intégration avec les technologies et infrastructures d’énergies renouvelables (solaire, éolienne, géothermique, …) contribue également à un développement plus durable.

Pour illustrations, voici quelques exemples d’applis en lien avec l’environnement basées sur des données ouvertes :

  • Carte des bornes de recharge pour véhicules électriques
  • Cartographie de la pollution de l’air autour des écoles, ou des pollens d’essences végétales.
  • Végétalisation est une application permettant de mesurer le niveau de végétalisation de chaque commune française.
  • Treefinder permet de localiser les arbres remarquables à proximité de l’endroit où vous vous situez, et d’accéder à des informations détaillées sur ces arbres.
  • Visualisation de la « cartographie énergétique » d’un territoire à l’échelle des bâtiments.

 

Thématique Participation et interaction citoyennes

Il n’y a pas de cité sans citoyens. C’est donc en remettant ceux-ci au cœur du fonctionnement de la cité que l’on pourra construire des villes dites plus intelligentes.

Ceci passe d’abord par une communication efficace vers l’ensemble des administrés, en multipliant les canaux de communication. En effet, une part significative de la population est de plus en plus connectée, mais se détourne aussi de plus en plus des médias traditionnels. Quoiqu’il en soit, tous les citoyens demandent aujourd’hui une plus grande transparence de la part de leurs responsables et de manière générale l’accès à une information complète et fiable.

Ensuite, les villes doivent être plus à l’écoute des besoins exprimés par les citoyens. Afin d’améliorer la qualité de vie ou des services qui leur sont offerts, les citoyens doivent pouvoir être consultés et entendus. Ici encore, la technologie permet d’atteindre des citoyens qui ne peuvent, pour de multiples raisons, se rendre à des réunions d’information, ou même se déplacer à l’administration durant les heures d’ouverture.

Enfin, il est opportun d’encourager la participation des citoyens à la vie de leur commune. Certaines prises de décisions peuvent être plus participatives, voire confiées à des associations ou groupes d’individus via des plateformes de participation citoyenne. Aussi, il faut favoriser la réutilisation des données publiques publiées en libre-service (on parle d’ « open data ») par les individus et associations soucieux d’améliorer le quotidien de leurs concitoyens en développant des services innovants basés sur ce gisement de données publiques, donc appartenant à tout le monde.

Pour une meilleure interaction entre les citoyens d’un côté, et entre communes et citoyens de l’autre, de nouvelles formes de gouvernance sont appelées à se développer, basées sur une intégration plus poussée des organisations publiques, privées et civiles.

Pour illustrations, voici quelques exemples d’applis basées sur des données ouvertes :

  • Fiscalite-locale.com est un projet qui a pour objectif de donner accès facilement à des informations détaillées sur les finances locales et la fiscalité locale.
  • CartoPedaGO est un outil cartographique permettant aux enseignants de visualiser les lieux et activités culturels et sportifs en lien avec leur programme pédagogique et à proximité de leurs établissements.
  • Applications donnant en temps réel la fréquentation des lieux publics (piscine, déchetterie, maison communale, …) afin que chacun puisse estimer le meilleur moment pour s’y rendre.
  • Qui dit miam ! est une appli qui donne aux parents les repas du jour dans les cantines de leurs enfants, ainsi que les allergènes ou d’autres infos.
  • Applications permettant de visualiser les équipements d’une ville.
  • Visualisation interactive des hotspots wifi d’une ville.

 

Thématique Redéploiement post-crise

Suite à la crise sanitaire que nous traversons actuellement, nous devons nous attendre à de grandes difficultés économiques pour certains acteurs locaux. La donnée et son exploitation doivent être vus comme de vecteurs de redéploiement et de relance économique post-crise. La donnée peut aider les territoires à se transformer, à transformer leur économie, à mettre sur pieds un tissu économique plus en phase avec les besoins réels du terrain.

Pour illustrations, voici quelques exemples d’applis basées sur des données ouvertes :

  • Lokimo est une carte qui vous permet de visualiser un grand panel de données en lien avec l’évolution des prix immobilier d’une zone. Quiconque souhaite investir peut avoir simplement et de façon ludique accès à un grand nombre de données cruciales aux décisions d’investissement. De plus, en utilisant des techniques d’intelligence artificielle, un indice d’investissement est automatiquement calculé pour chaque zone de France (à titre informatif).
  • CartoPedaGO est un outil cartographique permettant de visualiser les lieux et activités culturels et sportifs à proximité. Une version alternative de cette application pourrait être utilisée pour soutenir le secteur culturel.
  • Application permettant de mettre en relation les commerces locaux avec les consommateurs.
  • Application recensant les producteurs locaux à proximité.
  • Application de valorisation des richesses naturelles de la Wallonie, par exemple par le développement de l’écotourisme.

 

Accéder à la description du programme Ouvrir ma ville
Accéder aux informations d’inscriptions

 

Partenaires

Avec le soutien de